Archive pour mai 2009

La muchacha!

Vendredi 29 mai 2009

Olé chica! Effectivement, je pourrais vous parler de la créa de cette affiche, du “Temps des Gitans” de Kusturica, de la musique tzigane, de la mise au banc de ce peuple, de la beauté de leurs regards, de la richesse de leur culture, ou plus simplement, de la soirée organisée un soir d’été, mais non, je vais vous passer la recette du Goulach:

POUR 4 PERSONNES : 1 kg d’épaule de porc/ 250 grs de riz /3 oignons /2 gousses d’ail/ 2 cuil de concentré de tomates /200 grs de champignons /1 cuil a soupe de paprika/3 pincées de cumin /1 bouquet garni/ 2 tablettes de bouillon /40 grs de beurre/ 100 grs de crème fraîche .Coupez la viande en cubes de 4 cm. Faites fondre le beurre dans une cocotte, mettez-y les oignons à revenir. Ajoutez le paprika et l’ail. Ajoutez la viande, faites la revenir quelques minutes. Mouillez avec les tablettes diluées dans 1 litre d’eau. Ajoutez le bouquet garni, salez et poivrez. Dés l’ébullition, couvrez et laissez cuire à petit feu 1h30. Ensuite ajoutez le riz et laissez encore 25 mn. 10 mn avant la fin de la cuisson ajoutez le concentré de tomates,le cumin et la crème.Et normalement, à ce moment là, avec les amies et amis, on se dit “Kale orexe”! (“Bon appétit” en hongrois).

affiche-copie2-copie1

Le pied dedans

Vendredi 29 mai 2009

Généralement, lors d’un rendez-vous, je mets toujours le pied dans le plat. Oooooh pas grand chose souvent, une petite bourde, le petit doigt de pied, un petit grain de sable qui fait rosir, une jolie bévue, vite rattrapée par une p’tite blague de dessous les fagots, bref : une boulette, une gaffe, un impair, une maladresse, une gaucherie. Je ressors ensuite sur la pointe des pieds et pars faire fondre cette petite entorse à la bienséance face à la devanture d’une boutique. Attention, dans ces moments là, pas n’importe quelle boutique !: une boutique de fanfreluches, de bagatelles, de babioles complètement frivoles, de colifichets même!. Je ferme les yeux, l’imaginaire fait le reste, entourée de multiples exquis textiles, je me noie, en extase, dans ce lac artificiel.

lheure-du-rdv-copie1

Comment ça dans les roses!

Mercredi 20 mai 2009

Pfff, mais c’est complètement démodé les filles dans les roses, et en plus ça pique!! Nooooon, maintenant les filles hument l’air des collines aux motifs aborigènes, prennent la pose devant les ceps de vigne from Burgundy (c’est dans l’arbre généalogique de la petite, que voulez-vous, n’est pas de Pommard qui veut! huhu), regardent les oiseaux faire leur nid, veulent de la couleur et pensent déjà à beaucoup de choses. C’est ça l’arrivée, là-bas, d’une petite nénette: de la vie, des formes, des envies de découvertes et un imaginaire débordant. Salut la petite famille!

maud1

Pieds nus

Lundi 18 mai 2009

Pieds nus sur les pavés de la ville ensoleillée. Une petite fille les regarde passer, à la va-vite, virevoltantes, décidées sur un but incertain. Un peu comme le renard qui “passera et repassera par là”, un peu comme le Tournesol de Breton, un peu comme dans un tourbillon de couleurs, un peu perdue comme l’Alice de Carroll, un peu comme si tout se trouvait dans la tête. La petite fille regarde ses mains, ses jambes, ses pieds, comme des corps étrangers. Réfugiée dans un bout de son crâne, elle guide ses grands membres sans grande harmonie. L’harmonie réelle est imaginaire, c’est l’imaginaire qui ordonne les formes et les couleurs. Les couleurs chatoyantes éclairent le passage des corps, font apparaître la chair mouvante et ajustent les pas au rythme lent de la tête rêveuse. Pieds nus sur les pavés, les femmes marquent le pas, mais guident-elles réellement leurs corps? parfois le guident-elles trop? finalement une impression, c’est juste ce qu’il reste de notre passage aux essences féminines, entre femme et petite fille.

tabeautwo1tabloone1

Jolie décoction

Vendredi 8 mai 2009

 

Cela commence par l’histoire d’un chaudron. Dans un chaudron, les saveurs se mélangent, Monique Lafarge trouve les trésors culinaires et, cette année, met en vedette les créations sculpturales d’Isa Bordat, artiste autunoise.

Bien avant cette histoire, j’avais rencontré Monique au jury du Livre Inter, ensemble nous avions mordu à l’hameçon du “Dernier Monde” de Céline Minard et croqué son univers avec avidité. Depuis la Super Mo a offert le plus beau “gâteau” que l’on puisse me faire:  son entière confiance  pour la créa graphique de son P’tit Salon et quel bonheur de se sentir pousser des ailes grâce à elle. Une très belle rencontre concoctée bien avant ce chaudron et là… les idées bouillonnent, des personnages apparaissent dans des volutes colorées, un chaudron monumental va apparaître et jouera une composition entre chefs cuisiniers. Pour la suite des découvertes de cette super nénette, venez-y début octobre au P’tit Salon de Mauriac! Vous verrez, il a un petit goût de reviens-y!

affiche-finale1